Education / Formation

Effectif scolaire, l’école dans le territoire, accès à l’université et à la formation continue, à l’enseignement supérieur, coût des formations, performances…

Dans la mesure du possible, essayez d’être le plus concis possible et présentez vos propositions sous forme de tiret. Tous les messages hors sujets seront supprimés.

79 commentaires sur “Education / Formation

  1. éducation: -nommer dans les établissements scolaires des directeurs gestionnaires.
    -corriger la culture individualiste liée à la recherche du résultat en défendant des actions plus collectives
    -mutualiser les petits groupes scolaires dans les territoires
    -modifier le recrutement des enseignants universitaires par concours et non par choix et cooptation;

    formation: sortir les régions du dispositif afin de limiter les choix de politiques politiciennes.
    -étendre les compétences des cellules de contrôle de la formation avec une possibilité d ‘évaluation pédagogique « in situ »
    – réviser les procédures d ‘appel d ‘offres qui traduisent plus la dimension administrative que pédagogique des organismes
    -Supprimer les structures « parasites » comme les Greta dont un des fondement est de faire de l ‘heure sup pour les enseignants du public.

    J'aime

    1. oui
      Je pense qu’il faut se battre pour un code de déontologie dans les établissements scolaires à l’usage des enseignants, des surveillants et de tous les personnels. On en a pour les professions médicales, pour les psychologues au canada par exemple. Cela permet de sensibiliser les professionnels qui côtoient les enfants au respect (dire à un élève que ce n’est pas la peine qu’il continue ses études parce qu’il est idiot, etc ou parce que ses parents n’auront pas les moyens de le suivre, etc.) Je ne vais pas développer, tout le monde a eu connaissance des ces jugements de valeur qui « détruisent » l’enfant

      J'aime

    1. Pas d’accord. Le pouvoir impose la soumission, l’autorité permet l’obéissance. Et quand j’entends autorité, je parle d’une autorité acceptée par l’élève parce qu’il se sent respecté et « augmenté » dans la relation. Ces enseignants maîtrisent leur enseignement, savent où ils conduisent les élèves, sont de vrais pros et sont riches d’une culture à transmettre. Ceux font autorité, ils n’ont pas besoin de pouvoir, ni d’être autoritaires.

      J'aime

    2. je suis d’accord ! en effet, les gamins sont soumis à une dictature de leurs parents qui n’acceptent plus aucune forme d’autorité !
      moins de classes surchargées et le travail de l’enseignant s’en trouverait à un meilleur niveau !

      J'aime

  2. Déconnecter l’Education Nationale du jeu délétère des alternances politiques : créer une institution neutre comme le Conseil d’Etat chargée de mettre en œuvre une politique objective concernant ses programmes et ses missions.

    Aimé par 2 personnes

    1. Peut être pour l’espéranto. …
      Mais avant tout l anglais qui est universel et dans nos entreprises françaises nous faisons de plus en plus de réunion en anglais pour aller sur l international ou répondre à des prospects
      Pour mon travail Je suis allé récemment en Islande (333000 )habitants et en Lituanie et tout le monde parle Anglais….et les enfants font des l age de 6 ans de la programation sur PC

      Ceci pour notre ex ministre de l education
      Avant de proposer des cours en Arabe proposons des cours en Anglais

      J'aime

  3. Mieux rémunérer les professeurs en augmentant le salaire (hors primes éventuelles) afin de rétablir l’équité entre un bac+5 dans le privé et un bac+5 dans le public (puisque les retraites vont être alignées à l’avenir), prendre (réellement) leur avis en compte lors des réformes des programmes, et tenir compte des heures de préparation de cours et d’examens, correction de copies, réunions diverses (parents / ESS / conseils de classe / conseils d’école, APIE, etc…).

    Aimé par 1 personne

    1. Il ne faut pas oublier que les enseignants bénéficient de beaucoup plus de vacances que les personnes du public et que les heures effectuées par semaines sont aussi beaucoup plus importantes d’un cote que de l’autre.

      J'aime

      1. Ah! là, là! Les vacances des enseignants, leurs horaires…

        Sachez néanmoins qu’une heure de cours est l’équivalent trois heures de travail (préparation des cours + cours + correction des devoirs…).

        Et puis si vous trouvez ça si génial d’être enseignant, pourquoi ne faites-vous pas tout pour le devenir, comme ça vous auriez plus de vacances…

        J'aime

      2. Il est important que les vacances soient plus importantes que pour les autres fonctionnaires. Ce métier, dans les conditions actuelles, est épuisant nerveusement. Être face à des classes de 30 voir 35 élèves, avec des exigences de suivi tous azimuts sur des thèmes toujours plus divers nécessite d’être non seulement au top mais aussi d’être riche de connaissances. Heureusement qu’ils ont ces temps de vacances pour lire, voir des films, voyager. Si on veut des étoiles qui brillent devant nos enfants … il faut leur laisser du temps pour se ressourcer.

        Aimé par 1 personne

      3. C’est faux et archi faux beaucoup de travail personnel en dehors des heures de cours et un travail de plus en plus difficile à cause de parents qui attendent dēs la maternelle tout de l’enseignant eux se contentant pour la plupart de s’en débarrasser devant des écrans !..

        J'aime

      4. Le nombre d’heures de travail d’un enseignant est énorme et non-mesurable ; c’est une préoccupation de tous les instants, qui nourrit le temps de présence devant les élèves. Cette présence n’est qu’une fraction du temps de travail, visible mais infime. Les vacances d’un enseignant n’ont rien de comparable aux vacances d’un autre travailleur : un enseignant ne déconnecte pas, ou pas assez ; la déconnexion est presque impossible.

        J'aime

      5. Nous vous laissons le choix dans ce cas, puisque vous enviez l’enseignement, de conduire une classe, dont il y peu de surdoués, insensibles à l’actualité (hormis leurs boutons, leurs ragnagans mais surtout leur téléphone portable : ah ça c’est important le portable !!!) mais aussi à l’éducation, la reconnaissance et le respect, donc de 35 élèves en moyenne, avec des corrections (pour 4-5 cours différents, voire plus !) qui vous prennent une très grande partie votre semaine, sans compter la préparation des cours, pour des salaires minables (un bac + 5 enseignant contractuel n’atteint pas les 2 000 € de base !!!!!!!). Oui pour les vacances, bien méritées, mais hélas, elles sont travaillées ! et ce n’est ni un manque de rigueur et d’organisation, c’est qu’on en demande beaucoup TROP aux profs (entre les réunionnites and co … je ne nomme pas tout, j’ai déjà la nausée !) ! Alors, vous êtes prêt à la prendre cette place si désirée et convoitée ??????

        J'aime

    2. D’accord. Mais avec une contrepartie du fonctionnaire sur la qualité de son engagement éthique et professionnel, notamment sur la nécessité de se former afin d’augmenter son sentiment de compétence dans l’exercice de ses fonctions.

      Aimé par 1 personne

      1. il faut pas exagérer… Il y’a peut-être trois heures de préparation par heure de cours au début mais on n’enseigne pas 18 heures à des classes différentes. En collège, 4 niveaux maxi (6ème, 5ème, 4ème, 3ème) et en lycée (3 en théorie). De plus, il y a avec internet beaucoup plus de ressources disponibles sur le net (cours tout faits qui peuvent se partager ou des sites qui proposent pour quelques euros par mois des cours tout prêts (avec exercices et corrections) comme Cartable. Cela se justifiait il y a peut-être 40 ans où il n’y avait pas les mêmes moyens (cours ronéotypés, moins de ressources à disposition, etc.)

        J'aime

  4. -Il faut remettre les secrétaires ds les écoles : les directeurs ne peuvent pas tout assumer !
    -Revoir les indices de salaires et émettre un regard sur les heures de préparation autre que durant les heures de cours/ vacances
    – proposer des avs dans chaque classe (il y’a toujours des élèves en difficulté et elles sont d’une grande aide aux côtés des professeurs des écoles) et revoir leur salaire
    – se mettre d’accord sur l’acces Au crpe (il y’a des changements tous les ans on arrive plus a suivre)
    – revoir le système d’orientation : que chaque élève ait la possibilité de prendre le temps de découvrir et d’elaborer Son projet professionnel futur
    – redorer l’image du professeur
    – augmenter le recrutement de professeurs
    … je pense qu’il y en a beaucoup à voir

    J'aime

    1. le problème est que l’élève vient en cours avec déjà des connaissances (acquises sur le net, par la télé) et comme disait Bachelard, grand épistémologue, l’enfant vient pour désapprendre avant d’apprendre (il doit se débarrasser de toutes les fausses idées véhiculées – même si Bachelard ne faisait pas référence à ces connaissances-là )

      J'aime

  5. Rétablir les CUI/CAE qui permettaient notamment un bon fonctionnement de la vie scolaire. Aujourd’hui c’est des postes qui ont été supprimés ce qui alourdie la charge de travail des surveillants. C’est très pénalisant.

    J'aime

  6. Annuler la hausse des droits d’inscription pour les étudiants internationaux extracommunautaires. Contrairement à une idée reçue, ils paient bien des impôts en France (TVA entre autres) et rapportent plus qu’ils ne coûtent (source Campus France).

    Développer les cours de français pour les étudiants étrangers à la place de vouloir créer des cours en anglais.

    Déprécariser les enseignants de FLE (français langue étrangère / cours de français pour les étrangers) e créant enfin un concours d’enseignant pour eux (il n’en existe actuellement pas et 80% de ces enseignants sont donc contractuels sous payés, les 20% restant étant des enseignants d’autres disciplines faisant des cours de français)

    J'aime

    1. oui, c’est vrai enseigner le FLE est un autre métier, ce n’est pas enseigner du français mais c’est déjà connaître les erreurs dues aux interférences culturelles et grammaticales (il y a toute la phonétique, la reconnaissance des mots, etc.)

      J'aime

  7. Education :
    Le ministre de l’éducation doit être choisi et élu par tous les salariés de la branche de
    l’éducation nationale.
    En s’inspirant sur le modèle Suisse, il faut accélérer le développement de l’apprentissage car
    cela représente le meilleur système de formation en confrontant directement les étudiants
    dans le monde réel du travail, l’accès à l’emploi est plus rapide et les entreprises n’auraient
    pas de problème de recrutements. Ce système est à construire avec les étudiants, les
    entreprises et l’éducation national pour arrêter de stigmatiser réellement l’apprentissage.
    Il faut réformer le système scolaire et universitaire avec les étudiants, les enseignants et
    toutes les bonnes idées citoyennes pour créé le plus bénéfique système de scolarité en
    comparant aussi ce qui fonctionne très bien dans d’autres pays et pour ne plus le réformer
    tout les ans mais plutôt adapter juste ce qu’il faut au fur et à mesure des évolutions.

    Aimé par 1 personne

  8. j’aimerais que les médias alertent sur les actes de tortures et de barbarie avec les armes électromagnétiques de control mental avec nano-implants via le réseau militaire anonyme américain « darknet ». que les victimes et les victimes potentielles puissent se défendre et se protéger. kikoo lol mdr

    J'aime

  9. Il ne faut conserver que l’administration fiscale, la police, l’armée, la justice, les soignant dans la santé, les profs dans l’éducation nationale dans la fonction publique d’état. Il faut augmenter la rémunération des fonctionnaires de catégorie C.
    Il ne faut conserver que les chefs de service dans la fonction territoriale. Tous les autres employés seront soit vacataires soient des sociétés de droit privé.

    J'aime

  10. Bonjour à tous, il faudrait que les professeurs soient aussi et surtout engagés en fonction de leur capacité à être pédagogues. Nous avons beaucoup de profs très érudits mais globalement ils doivent apprendre la pédagogie sur le tas. C’est bien dommage. Il faut que les filières professionnelles soient remises en valeur. Nous avons autant besoin de diplomates et d’érudits que de plombiers et d’électriciens. Il n’y a pas de sous métier! Il faudrait bien sure que chaque ministre soit issu de la corporation qu’il représente. Il me semble que c’est le cas en Islande. Si ça marche chez eux, pourquoi pas chez nous?

    Aimé par 2 personnes

    1. alors retour aux VRAIES formations ! hélas, un enseignant contractuel est très souvent embauché « en vitesse », sans avoir eu le temps d’être formé (ça a un coût et l’EN ne souhaite pas former !).

      Aimé par 1 personne

    2. Il faut des enseignants passionnés qui puissent transmettre leur passion, le reste n’est souvent que technique. mais l’enfant réagit et apprend beaucoup mieux et plus vite car c’est l’affectif qui est le moteur, c’est-à-dire qu’un enfant apprend pour faire plaisir à son maître, parce qu’il a envie d’être « flatté » de savoir qu’il a bien travaillé, etc.

      J'aime

      1. je pense que c’est aussi en fonction du public accueilli, parfois avec beaucoup d’élèves, cela se passe bien et parfois, avec une dizaine, cela peut être infernal. Il est difficile d’imposer des « normes » sans tenir compte de la réalité vécue et il faut une souplesse dans la composition des classes

        J'aime

  11. Dans l’éducation nationale, il faudrait moins de personnels non-enseignants (conseillers pédagogiques, inspecteurs, chargés de mission, coordonnateurs en tout genre…) et davantage de personnels face aux élèves. Il faut savoir que 1/4 du personnel de l’éducation nationale est affecté à des missions non-enseignantes. Il faudrait redéployer une grande partie de ces postes sur le terrain car c’est là où tout se joue.

    Aimé par 2 personnes

  12. Les programmes scolaires et la pédagogie
    1/ Revoir complètement les programmes pour que ce qui est enseigné soit en phase avec la société. Il faut que l’école forme des citoyens capables de comprendre la société dans laquelle ils vivent. Cela passerait par de nouvelles matières enseignées dès les petites classes et tout au long de la scolarité. On pourrait ainsi avoir :
    – Langues vivantes et anciennes Littératures Philosophie (savoir se poser des questions sur le monde)
    -Maths Sciences physiques SVT Economie (connaitre le système monétaire, les différents modes d’échanges possibles…)
    – Sports
    – Droit et Législation (réfléchir sur une Constitution, un Traité…) Politique EMC
    – Géographie Histoire (aborder une histoire populaire des peuples…)
    2/ Réorganiser les enseignements et intégrer dans la formation des enseignants la méthodologie Montessori, Freynet… et toute pédagogie qui rende l’école agréable aux élèves.
    L’école doit cesser d’être une prison pour devenir le lieu où l’on apprend à exiger d’être libre.

    J'aime

  13. Je suggère de s’inspirer du modèle éducatif néerlandais qui permet de valoriser l’artisanat dès le collège en orientant les élèves en difficulté vers les milieux manuels par exemple et en leur permettant de se réorienter vers la filière générale dès que leur niveau scolaire s’accroît.

    J'aime

  14. En trente ans, j’ai pu voir l’évolution … Où sont passés les mots « efforts, par coeur, compréhension, vocation » ? Je n’ai jamais vu un enseignant d’EPS faire progresser ses élèves sans les faire transpirer un minimum, et on veut nous faire croire que c’est par l’amusement, les ordinateurs et les calculatrices que nos élèves seront en réussite. Que tout le monde peut y arriver grâce à la magie des « sciences de l’éducation ». L’éducation est d’abord du ressort des parents qui sont aidés par les allocations familiales, et l’instruction et l’éveil de l’intelligence des enseignants.
    J’ai connu les premières chaines de télévision, avec l’enthousiasme de ceux qui parlaient de « chaines éducatives » qui allaient pouvoir faire accéder au savoir les populations les plus isolées. Ca ne marche pas, mais ça les occupe de regarder une image qui bouge et qui chasse l’émission précédente.
    La validation des acquis: « il (elle) a su faire une fois, c’est bon, on valide la compétence » et il n’en reste rien: il faut tous les ans reprendre les années précédentes et voir arriver en terminale des lacunes du collège voire du primaire. Pour arriver à de bons crus au bac: des QCM où un élève de primaire aura 5/20 en répondant au hasard. Plus le programme se réduit, plus on boursoufle ce qui reste, ou alors on aborde des notions de haut niveau sans que les élèves aient les bases pour les comprendre vraiment.
    Quand auront-nous aux commandes des enseignants de terrain qui aiment leur métier, et non pas des idéologues qui obligent leurs inférieurs hiérarchiques à une danse du ventre qui déshonore ce métier ?

    Aimé par 1 personne

    1. et quand l’EN cessera de recruter des enseignants payés à moins de 2 000 € de salaire de base un bac + 5 non formé au préalable aux aléas du métier ? des classes surchargées de boutonneux qui n’en ont que faire de l’être humain en face d’eux (manque de respect !) ? et quand l’EN arrêtera, pour gonfler ses chiffres, de demander aux enseignants d’attribuer des notes au-dessus de la moyenne afin que ces mioches ressortent avec un bac dont ils n’ont ni compris les tenants et les aboutissants ? Finalement, un jour, ils se retrouvent dans un milieu professionnel sans avoir aucune notion de ce qu’est travailler !!!

      J'aime

    2. Vous dites cela ne marche pas mais avez-vous au moins testé ces méthodes (pédagogie active) ? Vous énoncez ce que vous ne voulez plus dans le système mais ne serait-il pas plus efficace de proposer ce que vous voulez voir appliqué ?

      Aimé par 1 personne

  15. L’éducation a besoin de moyens et de personnel à tous les niveaux d’enseignement public pour bien fonctionner. Par ailleurs, l’esprit critique des élèves devrait être développé, pour en faire des citoyens et non des consommateurs. L’enseignement de langues étrangères devraient se déroulés avec de petits effectifs, afin que les élèves puissent réellement développé l’oral. Le bac doit rester un diplôme national, afin qu’il n’y ai pas de bac à 2 vitesses, selon l’endroit où les élèves l’auront passé. Quant à la formation des adultes, il existe des organismes qui délivrent des formations sans intérêt et trop coûteuses. Il faut absolument contrôler les organismes de formation.Il faut permettre à tous les salariés ou et jeunes sans formation, qui le souhaitent, de suivre une formation réellement choisie et que son financement soit total.

    J'aime

  16. Il y a actuellement deux réformes à l’œuvre dans l’Éducation nationale dont nos enfants n’ont vraiment pas besoin. L’une d’elle est fortement méconnue, il s’agit de la réforme de la Voie professionnelle. C’est encore une réforme comptable dont cette voie pro n’a pas besoin. Elle conduit à des diminutions d’heures de cours notamment dans les matières comme le français, les maths. Veut-on former des sous citoyens ? C’est extrêmement grave pour les jeunes à qui on a déjà menti lors de la réforme Darcos de 2009 mais aussi pour la démocratie. Car ces futurs citoyens mal formés auront une vision raccourcie de la vie politique et risqueront plus d’être manipulés ou de ne pas pouvoir rebondir dans leur vie professionnelle. J’encourage les gens à s’intéresser à cette réforme dangereuse et à récupérer les grilles horaires et bientôt les programmes pour vérifier ce que je dis. C’est une réforme construite sur la base d’un rapport celui de la députée LREM Mme Calvez et de M. Marcon, président des Logis de France. Pourquoi n’a-t-on pas demandé aux personnels de la Voie pro (beaucoup sont bardés de diplômes et ont de l’expérience) de réfléchir à une réforme ? Ils connaissent le terrain au moins. D’ailleurs aujourd’hui dans un pays comme le nôtre, bien éduqué, intelligent, construit sur la valeur Égalité, on gagnerait à engager des réformes construite depuis le terrain. C’est efficace, accepté, et pas forcément plus cher.

    Aimé par 2 personnes

  17. Je propose de retirer les mots discriminatoires du dictionnaire et d’anoter les livres comprenant de tels mots afin d’avertir le lecteur.
    Je propose d’interdire l’édition ou la réédition des livres racistes, antisémites ou discriminatoires afin de responsabiliser les éditeurs.
    Je propose d’interdire les jeux vidéos violents aux jeunes de moins de 18 ans.

    J'aime

  18. Bonjour à toutes et tous,
    Permettre plus facilement à tous ceux en retraite ou sur le point de l’être, et qui ont donc de l’expérience dans leurs domaines de compétences, de dispenser dans un cadre à définir, de vraies formations performantes et porteuses, à des publics jeunes ou moins jeunes, ou à des salariés motivés pour changer de voie, ou au chômage. En fonction des réels besoins des entreprises et sociétés de la région, exprimés clairement par les utilisateurs, les formations par des professionnels pédagogues, seront dispensés de manière utile et fiable, avec de bonnes chances de résultats concrets. De plus pour un retraité, on sait que transmettre le savoir est une tâche très valorisante, qu’il remplit toujours avec plaisir, il faut donc faire appel à eux pour éviter le gâchis. (J’en parle en connaissance de cause, pour avoir eu la chance pendant 6 années au moins, d’exercer en qualité de formateur technique auprès de plusieurs écoles, organismes et sociétés diverses.).Dans la lutte contre le chômage en particulier de longue durée, la formation sérieuse, doit être l’outil de base à favoriser, pour s’élever dans l’échelle sociale. ( il y a 50 ans, c’était cet objectif qui était poursuivi et souvent atteint…)

    Aimé par 1 personne

  19. Des décennies d’expérimentations pédagogiques diverses et de progressive dévalorisation du métier de professeur ont fini par donner le résultat inévitable que nous voyons actuellement: le métier est déserté par les jeunes gens bien formés, qui fuient la maigre paye et le stress quotidien face à des élèves démotivés et des parents démissionnaires chez eux mais exigeants pour l’école. Total: crise de recrutement, enseignants n’ayant pas toujours les qualités intellectuelles et pédagogiques requises (combien de professeurs des écoles aujourd’hui maîtrisent concrètement l’orthographe, par exemple?), chefs d’établissement dépassés, spirale descendante assurée – sauf bien sûr dans les établissements de prestige, la République s’assurant de la reproduction de ses élites.
    Voici en vrac quelques modestes propositions qui de mon point de vue, pourraient être utiles, et que bien d’autres partagent:
    – Payer mieux les professeurs, quitte à augmenter les effectifs des classes
    – Leur assurer le soutien de leur administration, tant au niveau de l’établissement que du rectorat
    – Garantir leur autonomie dans leur enseignement, tout en favorisant le travail en équipe
    – Leur proposer une formation continue de qualité
    Mais aussi:
    – Restaurer dans les établissements une forme de discipline ferme mais non aveugle
    – Restaurer les devoirs et stimuler le sens de l’effort chez les élèves, favoriser la mémorisation
    – Privilégier les fondamentaux: lecture, écriture, calcul, à l’école élémentaire
    – Réapprendre le goût du récit, par la lecture et un enseignement de l’Histoire qui n’exclue ni la chronologie, ni le récit anecdotique, tant dans le primaire que le secondaire
    – Assurer des heures d’étude encadrée dès le primaire, pour aider les élèves qui en auraient besoin
    – Garantir un niveau d’exigence raisonnable mais réel (cesser de simplifier à l’extrême les épreuves des examens pour que tout le monde réussisse, ce qui n’a pour effet que de bercer les jeunes d’illusion sur leur niveau réel)
    – Adapter les effectifs des classes en fonction des besoins des élèves, et pourquoi pas, rétablir les classes de niveau
    – Dispenser aux enfants non francophones un enseignement spécifique du français afin d’assurer leur intégration à terme dans les classes « normales »
    Mais encore:
    – Valoriser l’apprentissage, qui est une voie aussi noble qu’une autre
    Tout cela ne peut être envisagé que dans un cadre national, afin d’éviter une concurrence néfaste entre établissements, régions, etc. L’autonomie des établissements peut s’exercer dans d’autres domaines que celui de la pédagogie.

    J'aime

  20. Intégrer dans les programmes dès le secondaire un module obligatoire de formation citoyenne : apprentissage du discernement sur le web / apprentissage de la panoplie des outils de la qualité totale pour préparer à l’emploi quelqu’il soit

    J'aime

  21. se poser la bonne question. A quoi sert l ‘école,?
    a mon sens elle doit armer les enfants pour la vie. bien des choses enseignées ne servent à rien dans la vraie vie. avant de vouloir saupoudrer de différentes matières il faut donner des bases solides en français maths sport histoire et anglais des valeurs simples liberté égalité fraternité. l’éducation nationale forme ces futurs enseignants et se régénère avec des gens qui ne connaissent que ce milieu. il y a une déconnexion avec le monde réel.

    J'aime

  22. En 20 ans je crois la France est passé de la 3eme place à la 32sur 35
    Ce n est pas la faute des professeurs mais bien de nos ministres de l éducation successifs qui ont systématiquement revu les programmes à la baisse et dans toute les matières
    Tout le monde doit cette au même niveau dans une classe donc on tire vers le bas ce qui est catastrophique car il faut une élite pour entraîner les autres
    Sans élite point d amélioration

    Je pense que c est une réelle volonté des politiques de tout faire pour que notre jeunesse reste dans une certaine ignorance

    Le Bac à 90% de réussite …il ne vaut plus rien et il va bientôt être supprimé
    Le BTS il y a quelques années étaient un référence maintenant dans les entreprises ont vous convoque avec une licence ou master pour un salaire de misère

    C est un vaste chantier qu’ il faut mener y compris sur les filiaires techniques car on ne trouve pas sur le marché des bons soudeurs plombiers électriciens. ..qui sont des métiers qui font bien gagner sa vie si on veut bien s y investir

    Je sais que beaucoup vont me critiquer mais je parle par expérience ayant beaucoup formé des jeunes et moins jeunes
    Ce n est ni polémique mais uniquement pragmatique et basé sur du vécu

    J'aime

    1. Hélas, vous avez raison !
      Le bac ? on le donne ! c’est une distribution gratuite de diplômes ! En effet, on oblige les professeurs, lors des corrections des copies, à gonfler les notes afin d’être dans une bonne moyenne !
      Effectivement, le BAC n’a plus de raison d’être !

      J'aime

  23. Bonjour à toutes et tous,

    Il faut créer de l’hébergement universitaire, pris en charge par l’état et supprimer la fracture entre ceux qui ont les moyens de payer et les autres qui renoncent faute de revenus des parents.

    Où est la justice sociale si l’enseignement supérieur n’est réservé qu’aux classes les plus aisées. l’état doit protéger ses enfants et les aider à livrer le meilleur dans des conditions honorables.

    Sans parler d’uniforme, je souhaite le retour de la blouse dans les écoles, collèges et lycées.
    La gratuité des fournitures scolaires, blouses comprises et supprimer l’allocation rentrée.

    Retour à la méthode syllabique pour la lecture.

    J'aime

  24. Il faut enfin permettre aux enseignants de travailler dans des conditions qui permettent aux élèves d’apprendre dans un environnement propice aux apprentissages.
    Il faut offrir aux enseignants la possibilité de travailler avec des classes qui n’excèdent pas 25 élèves. Aujourd’hui, on engage une massification des effectifs par classe sous prétexte (à peine caché) que l’économique est plus important que l’humain.
    Le PPCR est un véritable gâchis qui n’a (et une fois de plus) qu’une ambition économique.
    Il faut offrir aux enseignants la possibilité de travailler avec des demi-classes pour travailler l’autonomie de l’élève, faire des activités de groupe (et/ou d’équipe). Demain, ce sont ces mêmes élèves qui devront construire l’avenir de la France.
    Il faut donner aux enseignants la possibilité d’innover. Comment innover quand les classes sont surchargées. Il est tellement facile de donner des effectifs moyens de toute une population d’âge, mais parler individualisation c’est aussi prendre en considération les contraintes de chacun ; chaque établissement est différent et il faut s’assurer que la différence est aussi considérée avec valeur. Le mot valeur est vraiment important quand on constate que nos dirigeants n’écoutent qu’eux-mêmes, tels des chevaux qui portent des œillères en avançant sans regarder autour d’eux.

    Nous sommes dans une volonté de paupérisation et de désespoir en l’avenir. Les grands discours ne valent rien s’il n’y a pas une adhésion de l’ensemble des Français, de ses professeurs qui sont ceux qui connaissent le mieux la réalité du terrain. Commençons par les écouter avant de vouloir imposer un point de vue qui ne trouvera aucun écho parmi les enseignants, les parents et les élèves. Qui sont les professionnels de l’enseignement, les politiques ou les enseignants. Pour qui travaillent les enseignants, les politiques ou leurs élèves. Qui construit l’avenir, les enseignants avec leurs élèves ou les politiques…
    La médiocrité de nos politiques est une aberration qu’il faut dénoncer. Il faut enfin écouter les enseignants et les familles. Les politiques semblent (sont) tellement loin de la réalité du terrain, ou il faudrait peut être écrire qu’ils connaissent tellement bien la réalité que les actions engagées sont toujours en direction de l’économique au détriment de l’humain. Pourtant, l’enseignant (avec les familles) forme les hommes et les femmes de demain qui prendront à leur tour des décisions importantes. C’est pourtant à nos politiques de montrer que les valeurs qu’ils devraient porter d’aujourd’hui forment leur regard que porteront les enfants de demain.

    J'aime

  25. C’est un secteur oùil faut investir plus.Il faut plus d’enseignants.Ilfaut que tous les élèves pratiquent l’anglais tous les jours(dès la maternelle) avec des installations où les élèves répètent,répondent avec casque sur les oreilles à des enregistrements totalement en anglais pour les baigner dans la langue et ceci au moins 1 h par jour.Attribuer des assistants anglais ou américains(1 par groupe scolaire)Travail sur informatique dès le CP;Rétablir l’uniforme obligatoire pour réduire les problèmes de harcèlement,de moqueries.Interdire le portable(ranger dans des casiers dès l’entrée dans l’établissement)

    J'aime

  26. Bien expliquer que l’Ecole n’est pas là pour éduquer les enfants malgré ce nom d’Education nationale, c’est le travail des parents : la politesse, le respect, les bonnes manières. Si ces bases ne sont pas acquises au sein de la cellule familiale, c’est toute une classe qui est tirée vers le bas, un programme scolaire retardé voire avorté.

    J'aime

  27. L’école ne doit pas éduquer les enfants mais c’est aux parents à le faire , malheureusement ils l’oublient !!
    Payer plus les enseignants et moins d’élèves dans les classes
    Prendre modèle sur les pays nordiques et en particulier la Finlande Michael Moore a d’ailleurs fait un bon reportage dessus .Et ils ont 5 h de cours par jour et très peu de devoirs !!!!
    Les enseignants doivent respecter les élèves car malheureusement certains l’ oublient et sont parfois blessants
    Ne pas oublier que les élèves sont dans un monde qui bouge, où tout va vite et l’éducation nationale n’a pas évolué sur ce point Exemple : on rentre au CP ne pas bouger , rester droit et nous dans notre boulot sommes nous capables de rester 1 h assis sans se tortiller !!!
    Arrêter de tout baser sur les notes car en définitive ils apprennent pas cœur, ne savent plus réfléchir et ont peur de se tromper .Les enseignants doivent aussi se remettre en question sur l’évolution de leur métier même si le changement fait peur

    J'aime

  28. L’entrée dans le monde du travail pour les jeunes diplômés devrait être facilitée.
    Cela pourrait être introduit par un allègement fiscal au même titre que pour les personnes handicapées par exemple.

    J'aime

  29. Permettre aux jeunes de tout milieu social de pouvoir poursuivre leurs études, les aider financièrement à ces moments là, leur donner accès à des logements et des transports à faible prix
    Mettre dans les écoles des professeurs de langue issus du pays dont ils inculquent la langue notre niveau en langues étrangères est catastrophique alors qu’un étranger qui arrive en France s’exprime vite et bien donc il y a un véritable problème dans l’apprentissage.
    Sinon il y a trop de matières à faire apprendre aux enfants et les élèves actuels non plus de bases en français (orthographiques, grammaires, vocabulaires ..), maths.
    Les professeurs qui ont 15jours de congé et que le 1er jour de la rentré il n’y a pas de cours car il y a une journée pédagogique et les profs absents non remplacés les emplois du temps à trous et après la pression est mise sur l’élève car le programme n’a pas été vu en entier.
    Dans l’orientation il serait souhaitable que l’éducation nationale dépoussière les filières qu’elle propose, il y a pleins de nouveaux métiers qui existent mais qui ne sont pas présentés aux élèves car les profs de les connaissent pas et pour cause eux-mêmes n’ont jamais ou presque jamais quittés l’école ils ne connaissent pas pour la majorité d’entre-eux le milieu du travail.

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, il y a aussi un problème de contenu. Les enfants qui arrivent en seconde revoient pour la troisième fois un programme d’histoire géo étudié depuis le primaire. L’élève n’a pas l’impression d’avancer, ni de progresser, juste de rabâcher.
      Si les programmes étaient plus intéressants, les élèves seraient justement plus intéressés.

      Quant à la réforme des lycées, c’est une révision de la forme, mais quid du contenu ?
      Et ces pauvres lycéens de seconde, voire maintenant de troisième, à qui on demande de prendre une option pour une matière qu’ils connaissent pas ou peu, alors qu’on leur fait bien comprendre que cela les engage pour trois ans.

      On oublie aussi de dire que lorsque les lycéens choisissent leur option, l’administration est incapable de leur dire si ces options seront celles nécessaires à la poursuite des études envisagées.
      Qu’est-ce que la réforme des lycées, sans la réforme du supérieur ?

      Enfin, leur plate forme parcour sup en a laissé pas mal désillusionnés. Souvent ils ont obtenu leur dernier vœu, c’est à dire celui qu’on ne peut pas leur refuser, et encore de justesse, sur liste d’attente.

      Vous vouliez faire des études d’informatique en IUT, vous vous retrouvez à la FAC avec des enseignements mixtes (MIP maths, physique informatique).
      Terminées les lettres de motivation. Alors que quand un étudiant est motivé, c’est la clé du succès.Qu’est-ce qu’on peut attendre de ces étudiants, casés là où il y avait de la place. Quant à la réorientation, c’est encore pire.Une fois mis dans une case, compliqué de s’en extraire.

      Les enseignants dans tout ça subisse les changements de programme, on ne sait toujours pas revenir à l’essentiel : savoir travailler, savoir chercher les informations et les mettre en forme. Quand je parle de forme, je ne parle pas des formes qui changent au gré des tendances des programmes, je parle de la forme générale d’un propos, d’une lettre.

      Il faut aller aux choses qui sont utiles et indispensables : savoir bien parler, ne pas faire de fautes d’orthographe, savoir exprimer une idée, savoir décoder un discours, la gestuelle adoptée. C’est passionnant de décortiquer l’écart qu’il existe parfois entre le contenu et la forme d’un discours.

      Apprendre l’histoire et progresser avec un guide chronologique, redonner du sens.
      Arrêter avec les terminologies qui changent au gré de l’humeur des quelques technocrates qui n’ont que ça à faire.
      Et travailler les langues. C’est primordial. L’anglais effectivement, s’impose comme la langue internationale. Il me semble inutile de continuer à mettre l’Allemand ou la deuxième langue vivante obligatoire au baccalauréat. C’est une perte de temps.

      L’espéranto était une belle idée, parce quand on travaille dans le domaine de la linguistique, on sait qu’une langue quand on la traduit, se trouve dénaturée. On ne peut pas traduire l’idée intrinsèque à une langue. D’où l’idée de créer une langue commune intégrant des idées véhiculées par une langue, de cette façon, on reste fidèle au maximum.
      Rendre l’espéranto optionnel, ou au moins le proposer, serait peut-être une solution pour redonner corps à ce rêve.

      Aimé par 1 personne

  30. Superbe initiative. Afin que ce ne soit pas uniquement un défouloir, il nous faut organiser la rédaction d’une synthèse avec des volontaires, et pour éviter tout risque de manipulation nous proposons qu’il y ait plusieurs groupe de volontaires.
    Avançons donc ensembleS.
    http:// citoyennes108.cf et http:// citoyens108.cf

    ATTENTION au risque de manipulation : le précédent commentaire identique (sans les espaces derrière http:// ) a été effacé par le modérateur.
    Qui modère? Pourquoi? Pourquoi ce n’est pas annoncé dans la page d’accueil?

    Aimé par 1 personne

  31. – des salles de classes de moins de 25 élèves.
    – diminution des charges lorsque les entreprises prennent des stagiaires (obligatoire pour finaliser le cursus scolaire)
    – même combat pour les contrats d apprentissages il faut faciliter l intégration de nos jeunes dans la vie active on reproche trop souvent à nos jeunes le manque d expérience mais on refuse de leurs donner leurs chances. ouvrons nos portes pour le bien de tous.

    J'aime

  32. – pas de filières sélectives avant L3
    – un lycée centré sur les savoirs fondamentaux
    – des choix de parcours importants plus mûris, non plus vers 17-18 ans mais ~ 20 ans
    – les licences, et leurs diversités, en prio. pour les bacs généraux
    – extinction des CPGE
    – cadrage accès prioritaire bacs techno+pro en IUT (et BTS) -> unification licence professionnelles (LP)
    – augmentation des moyens aux universités (isf etc.)
    – études et « engagements citoyens » pour tous
    – valo. du doctorat, notamment requis pour accès à la haute fonction publique
    – argumentaire plus détaillé @ http://bit.ly/2BFzOEQ

    J'aime

  33. Le droit à l’exercice d’un culte et le « respect » des religions ont été obtenus par les églises.
    L’État doit cesser de reconnaître toute organisation qui relève d’une religion, diffuser largement des explications détaillées et complètes sur l’histoire des religions et des superstitions afin d’éclairer les esprits et de revenir à un âge des lumières éteint depuis bien trop longtemps.
    En l’absence constatée depuis plusieurs millénaires de faits concrets sur les notions de divinités, d’enfer, de paradis, d’anges, de démons, etc., et au vu des biens mobiliers et immobiliers accumulés au cours des siècles au détriment des populations par les religions, les clergés, les congrégations, etc. ceux-ci sont considérés comme des entreprises d’escroquerie et parasites de la population.

    J'aime

  34. Pour une plus grande justice et plus d’efficacité, il est temps que les fonctionnaires de l’éducation réalisent réellement 35h par semaine (annualisés) devant nos enfants !! ce temps de travail supplémentaire pourrait servir : à aider aux devoir, à réaliser des cours supplémentaires pour les élèves en difficultés (gain de pouvoir d’achat pour les français qui payent des cours particuliers à leurs enfants), à aider à la préparation des examens, réduire le nombre d’élèves par classe…… De plus avec ce temps de travail supplémentaire (durée légale), l’Etat pourra surement faire des économies sur les effectifs.

    J'aime

  35. – Retour au respect de la discipline et des personnels enseignants et encadrants dans TOUS les établissements scolaires, par la mise en place – comme cela existait avant 1968 avec ô combien d’efficacité – d’un service de surveillance composé de plusieurs surveillants (ex pions) et d’un censeur.
    – Retour au système des punitions les mercredis après midi avec, pour les fautes les plus graves, également des heures d’étude dispensées les samedis après midi et les dimanche après midi.
    – Maintien de la scolarité obligatoire entre 6 et 16 ans. Les absences récurrentes et les abandons en cours de cette période se verront sanctionnées aux parents, par des retenues sur les allocations familiales et autres primes de rentrée scolaire.
    – Retour à la possibilité de redoublement lorsque l’élève ne dispose pas d’un niveau suffisant pour passer à la classe supérieure.
    – Création d »un livret scolaire » couvrant toute la scolarité d’un élève au cours de son parcours dans le secondaire. Sur ce document figureront, outre ses notes et moyennes années par années, mais aussi les diverses punitions infligées, ainsi que les appréciations des professeurs, du censeur et du chef d’établissement. Ce document aura un rôle pour l’attribution du bac.
    – Examen du BAC accordé en tenant compte des moyennes obtenues en terminales, pour 45 % de la note finale. Les notes obtenues à l’examen proprement dit pour 45% et l’appréciation du chef d’établissement liée au comportement de l’élève durant sa scolarité pour 10 %.

    J'aime

  36. Développer l’enseignement (revenir à la discipline pour le primaire (coup de sifflet du maître en blouse grise, les enfants se rangent par deux, rentrent en classe pour réciter la morale puis dictée, calcul, sciences, géographie et histoire ainsi que l’apprentissage d’une langue supplémentaire : l’anglais) – Créer un médiateur de l’éducation nationale pour régulariser le parcours des études supérieures suivant les résultats (et non avec les relations). Contrôler le déroulement des études. Supprimer les fraudes…visa, carte séjours, bourses, allocations…

    J'aime

  37. Ne nous voilons pas la face, voyons le monde actuel dans sa complexité et tirons en les conséquences: protéger nos citoyens et préparer nos enfants nécessitent de réfléchir et de dire non aux solutions simplistes et aux boucs émissaires:
    – Faisons preuve de pédagogie envers le public qui n’est pas spécialiste de la question.
    – Donnons les moyens à l’école d’accueillir tous les publics: fini les bouts de ficelle et les instructions contradictoires.
    – Moins de personnel dans les bureaux, plus dans les écoles
    – Des directeurs complètement déchargés (aucune classe) afin de gérer les établissements, les relations avec les parents, les mairies, les transports, et la paperasse incroyable qui leur est imposée
    – Notre pays a besoin de techniciens et d’artisans, et ce sont des métiers utiles, passionnants lorsqu’on a la chance d’avoir suivi sa voie, et avec peu de chômage: favorisons les filières d’apprentissage par la pratique, nous ferons de nos enfants une génération moins frustrée car nous ne l’aurons pas poussée dans le mur des études longues sans débouchés

    J'aime

  38. – Refaire des programmes cohérents avec de bonnes bases au primaire (savoir lire et écrire correctement, compter un minimum)
    – Remettre le redoublement et/ou créer des filières alternatives. On ne peut pas courir si on ne sait pas marcher. Pourquoi demander à des élèves de faire de la philosophie s’ils ne savent pas lire ou écrire ? En sciences les élèves ne comprennent même pas les questions qu’on leur pose…
    – Arrêter de vouloir que tout le monde fasse de longues études généralistes. Revaloriser les filières professionnelles (CAP, BEP, Bac pro…), avec des diplômes garantissant une compétence professionnelle. En parallèle, remettre des filières généralistes avec de vrais enjeux, qui ne sont pas donnés à tous, mais qui garantissent de vraies compétences et connaissance.
    – Ouvrir des places dans les formations avec des débouchés. Il n’y a pas 90 % des métiers qui nécessitent un bac ! Par contre on sait qu’il manque de personnes dans le bâtiment, la restauration… il faut envoyer les élèves qui ne sont pas faits pour les études (ou qui en ont envie) dans ces filières !
    – Favoriser les passerelles et la reprise des études. Quelqu’un qui a fait un CAP d’électricien et qui exerce comme électricien depuis plusieurs années devrait pouvoir devenir ingénieur électricien (il connait certainement mieux son domaine que le gosse qui sort de prépa)
    – Remettre de la « discipline » dans les classes. On n’appelle pas son enseignant par son prénom, on n’a pas le droit de se déplacer à loisir dans la salle (ou aux toilettes), pas de téléphone, on ne discute pas en classe, on lève la main pour parler, on parle correctement…
    – Mieux former les enseignants sur la pédagogie

    J'aime

  39. Réduire les matières enseignées aux enfants pour se concentrer sur l’essentiel : français, anglais, mathématique, philosophie, développement de projets, activité artistique et culturelle, cuisine/jardinage, sport.
    On bouge, on les emmène au musée, on les intéresse !

    L’histoire, la géographie etc.. pouvant être intégrées dans les activités précédentes… on cuisine des plats d’autres pays tout en découvrant où ils sont géographiquement situés et quelle est leur culture, on monte une pièce de théatre sur un évènement historique, etc…

    J'aime

  40. -revoir la formation des enseignants, la france a pris un retard considérable dans les méthodes pédagogiques
    – régionaliser l’éducation nationale qui est un mammouth

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s