Environnement

Transition écologique, normes habitat, transport…

Dans la mesure du possible, essayez d’être le plus concis possible et présentez vos propositions sous forme de tiret. Tous les messages hors sujets seront supprimés.

131 commentaires sur “Environnement

  1. Face cachée de la transition énergétique voulue par l’EUROPE et par un de ses ambassadeurs MACRON

    La transition énergétique proposée actuellement par l’Europe et Macron n’est qu’un leurre. Avec la fabrication des éoliennes, des panneaux solaires et voitures électriques, on se contente de déplacer la pollution à l’autre bout du monde.
    Le lithium par exemple est comme vous le savez le coeur des véhicules électriques. Il est indispensable dans la fabrication des batteries en tant que réserve énergétique.
    L’extraction du Lithium en Amérique du Sud et en Chine représente un désastre écologique pour les habitants vivant à proximité. Ce sont en règle générale des populations pauvres qui subissent de plein fouet cette très forte demande mondiale de métaux rares comme le Lithium et d’autres. C’est le cas en Bolivie qui est composé à hauteur de 70% essentiellement d’indiens et qui malheureusement en subissent les conséquences. Ils voient ainsi leur écosystème fragile détruit par les mines de Lithium. Ces mines sont en plus très consommatrices d’eau privant ainsi l’agriculture locale et les habitants de cette denrée indispensable à leur survie dans des régions déjà très arides. L’extraction génère en plus la pollution des nappes phréatiques provoquant ainsi des contaminations au sein de la population locale.
    L’autre paradoxe est l’utilisation par les véhicules électriques en France d’électricité produite à hauteur de 75% par les centrales nucléaires. Pour faire face à la transition énergétique demandée par l’Europe et Macron, la France devra fabriquer sans aucune autre alternative d’autres centrales nucléaires pour répondre à la demande d’électricité à venir des véhicules électriques.
    Le dernier point critique à mettre en exergue est le recyclage des batteries Lithium-ion ou Lithium-polymère qui à ce jour n’a pas été anticipé par la France. Ceci signifie clairement que les batteries seront envoyées en Chine comme actuellement c’est le cas. Néanmoins, le transport actuel des batteries Lithium est un danger potentiel pour les populations car ce produit est considéré comme dangereux du fait de sa grande instabilité en cas de choc par exemple. Le transport aérien de ces marchandises est d’ailleurs interdit à cause des risques d’incendie et d’explosion.
    Il est aussi frappant d’apprendre qu’en France le groupe Bolloré qui contrôle déjà la presse comme le Midi Libre, la TV avec Canal Plus et bientôt le constructeur automobile Renault est aussi un des grands acteurs de la filière Lithium. A ce titre, il veut s’accaparer des réserves de Lithium en Bolivie, au Chili ou en Argentine car une des ses succursales Bolloré Energy fabrique aussi les batteries Lithium polymère qui seront demain présentes dans les véhicules électriques en France.
    Pour ceux ou celles qui ne le savent pas, la famille Bolloré a financé la campagne présidentielle de Macron. Macron n’est-il pas en train de rendre la monnaie de sa pièce à la famille Bolloré en insistant sur notre obligation à effectuer cette transition énergétique si importante à ses yeux pour la soi-disant sauvegarde de la planète ? Les français doivent-ils en payer le prix en leur taxant l’essence comme actuellement?
    Pour information, le groupe Bolloré a dépassé la barre des 10 milliards d’euros de chiffre d’affaire et ne compte donc pas en rester là…….
    Pour en finir, quel paradoxe chez les écologistes qui prônent cette transition écologique comme un enjeu majeur pour la sauvegarde de notre planète Terre !!!
    Il est incroyable de s’imaginer que les bobos parisiens avec sa représentante Anne Hidalgo sont actuellement tout contents d’utiliser leur véhicule électrique ou hybride pour la soi-disant sauvegarde de la planète au péril d’autres populations à travers le monde qui sont confrontées à la pollution et cela en vue d’assurer le bien-être des riches. Quelle hypocrisie !
    La transition écologique ne peut se raisonner qu’à l’échelle planétaire pour que l’impact soit significatif. Il faut donc prendre en compte le cycle de vie d’un produit comme pour le véhicule électrique avec en amont la fabrication, l’utilisation et le recyclage pour s’assurer réellement du bien-fondé de cette transition écologique. Ceci ne semble pas le cas actuellement pour le véhicule électrique qui est simplement deux fois plus énergivore qu’un véhicule thermique au moment de sa fabrication.
    Je vous laisse réfléchir à tous ces éléments que je mets aussi sur la table des négociations en tant que gilet jaune.
    La transition écologique ne peut se faire qu’en mettant autour du table tous les pays du monde et en évaluant correctement l’impact environnemantal de chaque solution proposée pour remplacer par ex le véhicule thermique. Ce n’est pas encore demain……

    J'aime

  2. Devenir des résidus médicamenteux dans le sol et les nappes phréatiques

    Toutes nos peurs sont actuellement axées sur le devenir des pesticides dans le sol et les nappes phréatiques. Ils peuvent ainsi se retrouver dans notre alimentation sous forme de résidus à des concentrations de l’ordre du microgramme par kg. Actuellement 65000 tonnes de pesticides sont déversées en France dans l’environnement.

    Derrière ces chiffres se cache une autre vérité que le lobby pharmaceutique ne veut surtout pas faire apparaître. En effet, la France est le premier consommateur de médicaments en Europe. Cela représente d’après les derniers chiffres communiqués environ 40 à 50 boites de médicaments par an et par habitant. Cette valeur associée aux taux de recyclage communiqué par Cyclamed nous permet d’en déduire la quantité de médicaments déversée dans l’environnement en France soit 5000000 tonnes c’est-à-dire environ 100 fois plus que le déversement de pesticides. Les molécules pharmaceutiques ont pour la plupart une bonne affinité avec l’huile et par conséquent au même titre que les pesticides ont une persistance dans le sol plus ou moins élevée.

    Pour votre gouverne, il faut savoir que la plupart des industries phytosanitaires sont nées de l’industrie pharmaceutique. J’en veux pour preuve BAYER, SANDOZ ou NOVARTIS qui font ou faisaient partie de l’industrie pharmaceutique et qui sont aussi des industries phytosanitaires : Bayer en pharmacie reste Bayer et Sandoz ou Novartis sont devenues SYNGENTA correspondant aux deux monstres de l’industrie phytosanitaire qui développent les pesticides à travers le monde.

    La plupart des molécules développées par ces firmes pharmaceutiques sont, en cas de manque d’efficacité avérée pour la santé humaine ou animale, testées ensuite sur les plantes et les semences. Cela signifie clairement que les molécules utilisées dans le domaine pharmaceutique ont des caractéristiques physico-chimiques assez proches que celles des pesticides.

    Lors de l’homologation d’un pesticide, des études sont menées pour connaître le devenir dans le sol des molécules dans le sol, les nappes phréatiques , ou au contact des insectes utiles (auxiliaires). Pour les médicaments que nous absorbons tous les jours, aucune étude a été menée par l’industrie pharmaceutique pour connaître leur devenir dans le sol. Sachez que lorsque vous absorbez un médicament celui-ci est partiellement métabolisé (transformé) par l’organisme et rejeté sous forme de sels (excréments) qui vont alors dans les eaux usées pour être ensuite traités par les stations de recyclage. Il faut savoir que les stations de recyclage ne retiennent que partiellement les résidus médicamenteux (car trop onéreux) Ces résidus peuvent aussi être déversés dans les champs sous forme de boues qui proviennent des stations d’épuration. C’est pourquoi des études qui ne sont pas trop révélées au public montrent la présence d’antibiotiques, d’anxiolytiques dans nos aliments ainsi que dans les rivières perturbant d’ailleurs la faune aquatique.

    En résumé, à ce jour, la principale préoccupation n’est pas le devenir des pesticides mais surtout le devenir des résidus médicamenteux dans l’environnement étant donné que l’industrie pharmaceutique ne fournit à ce jour aucune donnée sur le devenir des médicaments dans le sol et les eaux souterraines lors de leur homologation.
    Ma revendication serait donc d’imposer à l’industrie pharmaceutique lors e l’homologation d’un médicament la réalisation d’études poussées sur le devenir des médicaments dans le sol et les eaux souterraines dont l’impact environnemental est 100 fois plus important que les pesticides.

    J'aime

  3. les diesels euros 6 ne polluent pas beaucoup surtout avec l’AD BLUE et les filtres a particules le gvt nous prend pour des cons, puisque ns n’avons pas de tansports partout en FR les detenteurs de diesels devraient avoir une prime pour acceder a l’EURO 6 norme antipollution excellente
    Nous n’acheterons pas les voitures electrique du prince BOLLORE qui ne sait plus a qui les fourguer

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s